What the Health nous révèle un peu plus la relation entre alimentation et santé.

Dans la longue lignée de documentaires traitant de l’alimentation, du spécisme et du pro-véganisme, je vous présente What the Health, tout juste sorti cette année. Ce film a été produit par Joaquin Phoenix, connu entre autres pour avoir narré le célèbre documentaire Earthlings. Il a été créé par les réalisateurs de Cowspiracy, un autre film documentaire récompensé par le “South African Eco Film Festival” en 2015. Avec de telles caractéristiques, What the Health promet d’offrir un contenu riche et didactique afin de nous informer du véritable impact de l’alimentation sur notre santé.

L’histoire démarre quand le narrateur, Kip Andersen, nous évoque sa phobie des maladies suite aux nombreux problèmes de santé, comme le diabète et les maladies cardiovasculaires, endurés par ses proches. Il redoute les mêmes affections, estimant qu’elles ont un ressort génétique, jusqu’à ce qu’il apprenne que l’OMS a classé la viande industrielle parmi les produits cancérigènes, au même titre que le tabac.

Nous le suivons dans ses investigations pour comprendre pourquoi une information aussi importante n’est pas massivement relayée par les associations de prévention américaines telles que l’“American Cancer Society” et l’”American Diabetes Associations”.

Avec l’aide et les explications d’éminents docteurs et chercheurs, on apprend que l’origine du cancer, du diabète et des maladies cardiovasculaires est directement liée à la consommation de viande, d’oeufs et de produits laitiers. Face à ce constat, le narrateur se questionne sur ces organisations sanitaires qui proposent des plats constitués de POA parmi leurs conseils nutritionnels. On devine bien qu’il n’arrive pas à obtenir d’explications de la part de ces dites structures, qui s’avèrent extrêmement frileuses concernant le lien entre alimentation et santé.

 

Les recherches ont montré le lien entre l’augmentation d’un risque de cancer et la consommation de ses produits : viandes cuites, lait de vaches, œufs & fromage, poulet, poissons d’élevage et fumés.

 

Les déclarations d’autres experts permettent à Kip Anderson, entre autres, de découvrir :

  • que l’élevage est une des causes de la pollution de l’air et des sols,
  • que l’apparition de nombreuses maladies infectieuses est une des conséquences des horribles conditions de vie du bétail,
  • que la promotion intensifiée des produits carnés et laitiers au sein de communautés ethniques (comme les afro-américains, hispaniques, asiatiques…) est la preuve de l’existence d’un racisme institutionnalisé,
  • que ce racisme se retrouve présent géographiquement avec la présence d’élevages polluants et dangereux dans des zones où résident des populations pauvres et issues de minorités.

Pourquoi de telles omissions de la part des institutions ? Une ultime découverte lui permet  de faire un constat qui est sans appel : un puissant conflit d’intérêt relie ces associations aux industries agroalimentaires et laboratoires pharmaceutiques. En effet, ces deux derniers sponsorisent les fondations de santé mais également les institutions gouvernementales. Le lobby est féroce puisque l’Etat recommande même la consommation de POA par le biais de plans nutritionnels et de publicités. Un statu quo est fortement installé, qui est profitable aux industries et aux laboratoires dont les intérêts ne sont pas de prévenir et de guérir les maladies, mais que les individus soient malades et le restent. Cet aspect nous est démontré avec les témoignages d’américains souffrant d’arthrose, de diabète et de maladies cardiaques.

Suite à ces révélations, le documentaire s’intéresse à l’alimentation végane, qui serait la solution pour prévenir ces maladies graves mais également pour les endiguer ! Pour preuve, d’anciens malades attestent de leur rétablissement grâce au régime végétalien. Les retours de docteurs, de chercheurs et aussi de sportifs de haut niveau, affirment également les bénéfices pour la santé et les meilleures performances physiques. Le documentaire se conclut par les nombreux avantages du véganisme qui, en plus d’être un mode de vie sain, est un acte personnel aux conséquences favorables pour la société, les animaux et la planète.

 

Mon avis

Le rythme du film est très agréable, nous sommes de suite happés par l’intrigue grâce aux nombreuses révélations des docteurs et chercheurs et aux résultats d’études scientifiques sur lesquelles ils se basent. La mise en scène profite également à l’intérêt du film.

Même si je me faisais une idée des problématiques et constats accablants découverts par le narrateur, j’ai tenu à visionner le documentaire dans son ensemble. Je ne m’attendais pas à découvrir l’existence d’un racisme institutionnalisé au sein d’une propagande carnée et pourtant cela ne m’a pas étonnée.

 

Le Dr. Milton a publié plusieurs articles dans des revues de recherche portant sur les préjugés raciaux dans la politique de nutrition fédérale.

 

Néanmoins, quelques éléments sont à reprocher selon moi. Le côté sensationnel, qui fait très “américain”, peut rendre sceptique les spectateur.rice.s. Le ton joue beaucoup trop sur les conclusions des études, jusqu’à les simplifier et les exagérer, comme certifier qu’un régime végétal serait l’unique solution. Cet aspect peut rendre le véganisme, ou du moins les pro-véganisme, peu crédibles auprès d’un public non-végane.

De plus, même si à la vue du titre on s’attend à voir l’accent mis sur la santé, j’ai regretté que l’aspect animalier ne soit évoqué qu’à la toute fin, lorsqu’un sportif explique sa joie d’avoir un mode de vie végane et de belles performances physiques en causant le moins de souffrance possible aux animaux.

Malgré cela, des éléments m’ont paru appréciables au niveau de la forme, notamment les témoignages et les retours d’experts racisés, autant hommes que femmes.

Pour finir, je conseillerais le visionnage du documentaire essentiellement aux non-véganes car il a des qualités pour éveiller les consciences et mettre en exergue la réalité qui se cache derrière l’exploitation animale et l’élevage industriel. Partagez-le à vos proches, ami.e.s, followers, afin qu’ils se fassent leur propre avis.

 

Où voir le documentaire ?

Il est à visionner sur Netflix et Vimeo. Site du documentaire : http://www.whatthehealthfilm.com/

Vous pouvez également lire une autre critique du film sur le blog La Fenouillade, qui revient sur les négligences scientifiques constituant son contenu.

 

 

@Saoyiste de Version Vegan

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

One thought on “What the Health nous révèle un peu plus la relation entre alimentation et santé

  1. « De plus, même si à la vue du titre on s’attend à voir l’accent mis sur la santé, j’ai regretté que l’aspect animalier ne soit évoqué qu’à la toute fin, lorsqu’un sportif explique sa joie d’avoir un mode de vie végane et de belles performances physiques en causant le moins de souffrance possible aux animaux. »

    C’était assez semblable dans Cowspiracy où, évidemment, on se concentrait sur l’aspect environnemental, sauf à la fin. Donc je pense que c’est évidemment voulu pour ne pas « brusquer » les non-véganes par un discours trop animaliste qui ne fait malheureusement pas toujours réagir..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *